Stacks Image 105429

Festival Du Cirque

Stacks Image 105424

42e FESTIVAL INTERNATIONAL
DU CIRQUE DE MONTE-CARLO


Préface du programme
Le 250
e anniversaire de la naissance du cirque
Hommage à son créateur Philip Astley


Il y a 250 ans à Londres, par un beau matin de printemps de l’année 1768, en plein air dans un champ du quartier Lambeth, proche du pont de Westminster, un jeune sergent major de cavalerie du 15e Dragons légers d’Elliott, Philip Astley âgé de 26 ans, rendu à la vie civile, eut l’idée de présenter un spectacle équestre auquel il associa des artistes forains : jongleurs, équilibristes, funambules mais aussi des dresseurs de singes et de chiens.
Ce spectacle était présenté dans une piste ronde de 13 mètres de diamètre afin que les présentations équestres soient plus aisées.
Philip Astley, en uniforme de dragon, coiffé d’un casque garni de plumes, montait un cheval «Gibraltar», premier cheval de cirque et était assisté de deux écuyères Miss Vangable et Miss Griffith.
L’orchestre date également de ces premiers temps du cirque et était composé de cornemuses et d’un tambour que battait Madame Astley elle-même. Philip Astley venait de créer le spectacle du cirque. Il était bien né à cheval et au fil des représentations, il affirmait ses propres traditions.
D’abord à ciel ouvert, il se transforma en 1779 en un amphithéâtre permanent construit en bois, son titre officiel était «
Astley’s Royal Amphitheater of Arts». Le premier cirque stable était né !
A l’invitation de la Reine Marie-Antoinette, passionné de cheval, il traversa la manche pour se produire devant la cour au château de Fontainebleau.
En 1782, il acquit un terrain dans le faubourg du Temple où il édifia le premier cirque parisien «
Amphithéâtre des Sieurs Astley» père et fils. Durant la Révolution et l’Empire, il retourna en Angleterre et passa le flambeau à Antonio Franconi et à sa très talentueuse famille d’écuyers.
Philip Astley adorait Paris, et en 1814, aussitôt la Paix signée, il y revint… pour y mourir et fut inhumé au cimetière du Père Lachaise.
Pour célébrer dignement cet anniversaire, S.A.S. la Princesse Stéphanie a engagé l’un des plus beaux pas de deux équestre de l’histoire du cirque, présenté par Joseph Ritcher Junior et sa jeune épouse Merrylu ainsi que le superbe numéro de Jockey de Joseph Richter Junior, éblouissant voltigeur, comme l’était Philip Astley sur ses trois chevaux.

Docteur Alain Frère
Conseiller Artistique du Festival International du cirque de Monte-Carlo

FICHES TECHNIQUES 2018
42
e FESTIVAL INTERNATIONAL
DU CIRQUE DE MONTE-CARLO
Docteur Alain Frère
Conseiller Artistique


01

LA TROUPE DE JOCKEYS
DU CIRQUE NATIONAL HONGROIS
PRESENTÉE PAR JOSEPH RICHTER JUNIOR

La voltige à cheval est une grande spécialité de la famille Richter.
Joseph Richter Junior est le digne fils de Joseph Richter Senior, qui fut Clown d’Argent au 1
er Festival du cirque de Monte-Carlo en 1974 dans cette spécialité, avec son épouse Carola, sa sœur Élisabeth et son beau-frère Bela Tabak.
Tous les exercices les plus difficiles de la voltige à cheval sont réalisés par ces intrépides artistes : colonnes à deux, flic flac, casse-cou, sauts périlleux et une succession de sauts debout et chevauchées à cinq voltigeurs sur le même cheval, dans un élan magnifique, chers aux écuyers hongrois au tempérament de feu.
Joseph tourne une impressionnante série de sauts périlleux arrière, de cheval à cheval, en enfilade, sur quatre montures qui tournent autour de la piste.
Merrylu Richter, la jeune épouse de Joseph Richter, se fait également applaudir dans une succession de sauts de cravache en équilibre sur le dos de son cheval.

02

LE GRAND GROUPE EXOTIQUE
DU CIRQUE NATIONAL HONGROIS
PRÉSENTÉ PAR JOSEPH ET MERRYLU RICHTER

C’est une véritable arche de Noé qui défile sur la piste de Fontvieille composée de 36 animaux: 5 éléphants, 4 zèbres, 8 chameaux, 4 lamas, 8 chevaux, 5 ânes, mais aussi les reines de la fête, les 2 girafes Bobo et Zambi que monte Merrylu avec une aisance déconcertante.
Joseph Richter Junior et sa jeune épouse Merrylu présentent de curieux jeux romains: Joseph en équilibre d’un pied sur le dos de chacun de ses deux éléphants, fait passer sous ses jambes, des chameaux, des zèbres et même une girafe: dressage encore inédit dans l’histoire du cirque…
Pour conclure, on assiste à un superbe et impressionnant carousel, groupant tous les animaux.
Joseph Richter Junior et sa jeune épouse Merrylu forment vraiment un couple de jeunes dresseurs exceptionnels.

03

SERGEY PROSVIRNIN
REPRISES CLOWNESQUES

Le clown russe, Sergey Prosvirnin, est une vieille connaissance, car il a participé au 21e Festival du cirque.
Il rappelle de façon surprenante le regretté jazzman français «Moustache»: il en a toute la silhouette, le visage jovial et même les belles bacchantes. Comme lui, mais à sa façon, il est aussi un virtuose de la batterie.
Dans son originale reprise des chapeaux, il démontre tout son grand talent de mime, en imaginant de nombreux personnages burlesques.
Avec ses talentueux fils et petits-fils comme partenaires, il compose un formidable trio de danseurs de claquettes.

04

LES ASTRONAUTES
FUNAMBULES SUR SÉMAPHORE

Läzlo Simet, funambule hongrois, a imaginé cette nouvelle version du sémaphore géant, inventé après la deuxième guerre mondiale, par les sœurs Koch, célèbres artistes du cirque soviétique.
Läzlo Simet et ses courageuses partenaires Olivia Kapitany et Linda Carannante, en tenues d’astronautes russes, réalisent d’audacieux équilibres tout particulièrement sur bicyclette, et de téméraires pyramides sur leur sémaphore qui tourne lentement dans l’espace sur une musique étrange, composée par le metteur en scène Russe Ruslan Ganeev.
L’effet ne manquera pas de vous surprendre…

05

MICHAEL FERRERI
JONGLEUR

Ce jeune jongleur espagnol âgé de 21 ans, a reçu un Junior d’Argent, remis par Pauline, lors du 4e Festival New Génération, en 2015.
En récompense, S.A.S. la Princesse Stéphanie l’a engagé pour le 42
e Festival du cirque.
Enfant de la balle, il a été formé très jeune par son père Miguel, prestigieux fil-de-fériste.
Il débute son jonglage avec trois balles venues de la coupole pour finir avec neuf balles. Il termine en jonglant dans l’obscurité avec sept balles lumineuses, une huitième en équilibre sur son front.
Michael est inscrit dans le Guinness Book, pour la rapidité de son jonglage : 390 touchers de balles en jonglant avec cinq balles en une minute. Incroyable mais vrai!

06

BALLANCE
MAIN A MAIN

Ces deux roumains, Constantin Ciabotaru, le porteur et Dan Taziauanu, le voltigeur, originaires de la ville de Brazov, ont été de brillants champions de gymnastique artistique et ont remporté des médailles d’or et d’argent dans les championnats de Roumanie, mais aussi dans des compétitions internationales.
En janvier 2004, comme de nombreux gymnastes, ils se sont recyclés dans le cirque en choisissant la spectaculaire discipline de main à main.
Ces deux athlétiques artistes à la musculature impressionnante, rappellent par leur physique et leur style, les Alexis Brothers primés au Festival du cirque.
Ils enchaînent, sans pause, les plus difficiles exercices de main à main, dont la montée du voltigeur en équilibre sur les pieds du porteur, allongé sur le ventre, dans la souffrance, par la force de ses mollets.

07

SAULO SARMIENTO
MÂT AÉRIEN

L’espagnol Saulo Sarmiento, gymnaste de haut rang jusqu’à l’âge de 18 ans, s’oriente d’abord vers la danse, puis, intègre la troupe acrobatique des Farfadais pour se perfectionner dans les arts du cirque.
Le pole dance devient sa discipline de prédilection, qui lui permet de rejoindre en 2011, le spectacle de Franco Dragone à Macao.
Saulo remporte en 2012, la plus importante compétition mondiale de pole dance, puis imagine alors un numéro de mât aérien qui lui permet d’être engagé au Cirque du Soleil.
Ce brillant artiste est le parfait exemple du cirque contemporain, qui allie la créativité, l’originalité, une mise en scène élaborée, mais aussi un haut niveau technique.

08

EVGENIY KOMISARENKO
DRESSAGE DE CHIENS

Ancien élève de la fameuse école du cirque de Moscou, dirigée par Valentina Safina, Evgeniy Komisarenko a toujours eu la passion des chiens et c’est en 2006 qu’il a pu réaliser son rêve, en dressant un groupe de caniches.
Fervent adepte du dressage moderne, privilégiant une véritable complicité entre l’homme et l’animal, ses caniches blancs, de tailles différentes, superbement toilettés, s’épanouissent joyeusement dans la piste en démontrant toutes leurs qualités naturelles.

09

PAS DE DEUX ÉQUESTRE
PRÉSENTÉ PAR JOSEPH ET MERRYLU RICHTER

Pour fêter dignement le 250e anniversaire de la naissance du cirque par l’écuyer Philip Asthley, S.A.S. la Princesse Stéphanie a engagé l’un des plus beaux numéros de l’art équestre du cirque d’aujourd’hui, le pas de deux réalisé par le jeune couple de surdoués : Joseph Richter Junior et son épouse Merrylu, née Cassely.
Directeur national du cirque hongrois, Joseph Richter Junior et Merrylu réalisent, grâce à leur parfaite complicité, des figures d’une rare audace, héritées des danseurs de rock et pour terminer, un incroyable équilibre de Merrylu sur la tête de son cher époux.
Nous pouvons affirmer qu’il s’agit bien de l’un des plus beaux pas de deux de l’histoire du cirque!

10

LA TROUPE VAVILOV
SAUTEURS A LA BANQUINE

Au départ, la troupe Vavilov devait participer au 38e Festival du cirque de Monte-Carlo, mais à la dernière minute, une blessure du chef de troupe, Vladimir Vavilov, les en a empêchés.
S.A.S. la Princesse Stéphanie de Monaco leur a donné une deuxième chance d’être récompensés au 42
e Festival du cirque de Monte-Carlo.
Représentant la Compagnie nationale russe « Rosgoscirk » dirigée par Dimitry Ivanov, ces six anciens gymnastes guidés par Vladimir Vavilov, sont des virtuoses d’une très ancienne discipline du cirque : le saut à la banquine.
Avec une mise en piste très contemporaine inspirée de « Men in Black » et « The Matrix », deux porteurs joignant leurs mains, propulsent trois voltigeurs et la voltigeuse Irina dans l’espace, pour tourner sauts périlleux, vrilles, arrivée en 3
e hauteur et un exceptionnel triple saut périlleux.

11

LA TROUPE VAVILOV
SAUTEURS A LA PLATEFORME AÉRIENNE

Cette spectaculaire attraction a été créée par Oleg Kabanov, qui participa au 23e Festival du Cirque, en 1999.
La Troupe Vavilov représente la Compagnie nationale russe « Rosgoscirk » dirigée par Dimitry Ivanov.
Une plateforme en fibre de verre, maintenue par quatre filins, monte et descend de la coupole tout en oscillant. La voltigeuse et les voltigeurs, propulsés du sol par des porteurs à la banquine, atterrissent sur la plateforme, puis se jettent dans l’espace en décrivant double et triple sauts périlleux pour se recevoir sur un matelas.
Au final, la chute en planche du chef de troupe Vladimir Vavilov, d’une hauteur de huit mètres, est un authentique saut de la mort!

12

DUO SKATING FLASH
URSULA ROSSI ET LEANDRO ZEFERINO
PATINS A ROULETTES

Ursula Rossi et Leandro Zeferino ont créé leur numéro de rollers au cirque Alegria, dirigé par Dicky Faggioni, en Espagne.
Ursula appartient à la famille italienne Rossi, de laquelle ont émergé plusieurs jeunes talents, dont les Fratelli Rossi, spécialistes des jeux icariens.
«La passion et le risque à l’état pur» est la devise d’Ursula Rossi et de son compagnon Leandro Zeferino, virtuoses du patin à roulettes, qui montrent la gamme des exercices les plus périlleux dans cette discipline, en tournant à une vitesse hallucinante sur leur podium, à 3 mètres de hauteur.
Au final, Ursula, accrochée au cou de Zeferino, effectue un spectaculaire et dangereux tourbillon.

13

HUANG YANG
EQUILIBRISTE SUR FIL MOU


Dans le droit sillon de son compatriote Li Wei, Clown d’Or au 32e Festival du cirque de Monte-Carlo, la jeune prodige chinoise Huang Yang fait applaudir ses exploits sur fil mou, pourtant si difficile à maîtriser.
Elle marche sur les mains, se balance, monte l’arbre droit sur les barreaux d’une échelle posée sur le fil, le parcourt la tête en bas, en équilibre sur son monocycle.
Tous ces exercices sont réalisés avec toute la grâce des danseuses chinoises, qui poussent le sens artistique jusqu’au bout de leurs ongles.

14

NICOLAI KUNTZ
TRAPÉZISTE

Enfant de la balle, Nicolaï Kuntz est apparenté à la famille Golgoev, Djguites et à Benno et Lothar Kastein, Clowns d’Argent au Festival du cirque, devenus Directeurs du grand cirque allemand Flic-Flac.
Nicolaï a passé sa jeunesse au cirque Krone, cirque géant européen et est entrainé par Irina Rizaeva et Viktor Fomin.
Il a reçu un Junior d’Argent au Festival New Génération en 2013 et un Eléphant d’Or au Festival du cirque de la jeunesse Nikulin de Moscou en 2017, devant S.A.S. la Princesse Stéphanie de Monaco qui n’a pas manqué de l’engager au 42
e Festival du cirque de Monte-Carlo, désireuse de donner toutes leurs chances à ces jeunes et talentueux artistes.
Le téméraire Nicolaï Kuntz, avec la force et la motivation, enchaîne sur son trapèze, en grand balan, une série de prouesses dont un saut périlleux avant.

15

CHU CHUAN-HO
DIABOLISTE

Ce jeune artiste asiatique, originaire de Taïwan, fasciné par l’art du diabolo, lui a apporté un souffle nouveau en créant des figures inédites.
Né en 1991, Chu Chuan-Ho a commencé à pratiquer cette discipline à l’âge de 11 ans, et en 2010, il fait sa première apparition en Europe et obtient un contrat pour le grand spectacle «Feuerwerk der Turnkunst» en Allemagne.
Après son service militaire réalisé à Taiwan durant l’année 2014, il fait son retour et bénéficie d’une mise en piste originale du génial metteur en scène russe Alexander Grimailo. Ce virtuose, plein d’énergie, tout en dansant et en grand écart, lance et rattrape ses diabolos dans toutes les positions, et même dans son dos.
Au final, son véritable jonglage avec 3 diabolos est prodigieux.

16

TROUPE BINGO
FÉERIE AÉRIENNE

Cette troupe acrobatique d’Ukraine, qui a fêté en 2016 son vingtième anniversaire, est une habituée du Festival du cirque.
«Le Circus Theater Bingo» a été créé par Iryna German qui a su lui apporter un tout nouvel éclat dans ses prestations, avec de magnifiques costumes et une chorégraphie toujours très recherchée, que ce soit aussi bien dans les tableaux regroupant les artistes en piste dans plusieurs disciplines, qu’en solitaire, et cela sur le sol comme dans les airs, à l’image du cerceau aérien réalisé par Maryna Tkachenko et Esmira Kulieva.
Pour fêter le 250
e anniversaire de la création du cirque moderne, la troupe Bingo présentera des superbes tableaux à la hauteur de l’événement.

17

SCOTT ET MURIEL
MAGIE COMIQUE

L’illusionniste californien Scott Nelson a imaginé avec son épouse hollandaise, Muriel Brugman, cette petite merveille de magie comique. Ce couple a déjà obtenu un grand succès lors du 32e Festival du cirque.
Le magicien maladroit et la partenaire déjantée savent déclencher le rire et ils sont irrésistibles.
Leur numéro de « la femme sciée en deux » est un modèle du genre. Le mannequin de bois, à l’image de Pinocchio, prend vie et la surprenante Muriel sort mystérieusement en chair et en os de sa boite magique.

18

JIGALOV
CLOWN

Déclencher le rire est une entreprise difficile et le 27e Festival du cirque nous fit découvrir l’éclatant talent d’Andreï Jigalov, clown russe d’exception, que nous retrouvons avec un réel plaisir.
Andreï Jigalov, pantalon jaune, veste noire avec une pochette en forme de V et chapeau rond, est le plus pur exemple du clown contemporain. Sans maquillage, comédien tout en finesse, brillant mime, grimacier irrésistible et un tantinet provocateur, il est totalement à l’opposé du comique traditionnel, avec les gros effets clownesques.
Avec ses talentueux partenaires Fred Schmidt et Oleg Ponukalin, il présente des entrées qui déferlent le rire par une succession de gags hilarants.

19

JONATHAN MORIN
SOLO 2 – ZEN - O
CROSSED WHEEL

Le cirque contemporain est toujours à la recherche de nouveautés et le canadien Jonathan Morin a imaginé, à partir de la roue «Cyr», inventée par un de ses compatriotes, «La Crossed Wheel», qui est une combinaison de deux roues «Cyr» fixées perpendiculairement.
L’effet est surprenant et Jonathan ne se prive pas de nous faire découvrir de nouveaux équilibres que lui permet son invention.

20

DUO 2 – ZEN - O
CROSSED WHEEL

Jonathan Morin et sa compagne, Marie Eve Bisson, se sont connus en 2002, dans le programme Dralion du Cirque du Soleil.
De leur rencontre est né le Duo 2-Zen-O, avec la double roue imaginée par Jonathan, qui monte dans la coupole du chapiteau.
Les deux athlètes nous font découvrir un enchaînement de superbes postures, dont l’esthétique se conjugue à merveille à la technique.
La musique «I don’t want to miss a thing» interprétée par le légendaire Steven Tyler d’Aerosmith, complète toute l’émotion dégagée par ces artistes surdoués, qui représentent la nouvelle génération du cirque d’aujourd’hui.

21

CARMEN ZANDER
DRESSEUSE DE TIGRES

Carmen Zander n’est pas née au cirque. Elle a d’abord eu des engagements performants, membre de l’équipe de R.D.A. de gymnastique rythmique, mais une blessure l’a empêchée de participer aux Jeux Olympiques et fait arrêter sa carrière. Elle est venue au cirque à travers le jonglage.
Depuis sa plus tendre enfance, elle est passionnée par les fauves et a présenté plusieurs groupes appartenant à différents dresseurs.
Avec l’aide financière de ses parents, elle a pu acquérir une portée de quatre tigres, élevés au biberon, et a acheté tout son matériel.
Elle les a dressés elle-même, avec une infinie patience et une énorme proximité affective, l’exemple même du dressage moderne.
Son rêve a toujours été de participer au Festival du cirque de Monte-Carlo et S.A.S. la Princesse Stéphanie l’a exaucée.
Carmen est une des rares dresseuses de fauves en activité, et elle présentera ses quatre tigres du Bengale, Imani, Kiara, Face, Ashanti et la magnifique tigresse blanche Saphira, âgée de quatre ans.
Le travail de ses élèves est remarquable, pyramides, sauts par-dessus Carmen et les autres félins, et l’un des tigres traverse la cage sur ses pattes arrière. Carmen ne cesse de les encourager de la voix et même de les embrasser. Un vrai signe d’amour entre la dresseuse et ses tigres.

22

DUO STAUBERTI
PERCHISTES

Dimitr Stauberti, le porteur et sa nièce Nancy, la voltigeuse, appartiennent à la quatrième génération de cette famille tchèque, spécialisée dans la difficile discipline de perchistes, dans laquelle le jeu et le sens de l’équilibre sont prioritaires.
C’est en 2015 que Nancy a commencé à travailler avec son oncle Dimitr et elle a été une brillante élève du Conservatoire national de danse de Prague.
Pour le point d’orgue de l’attraction, le porteur, monté sur un monocycle, tient la perche sur son front tandis que sa partenaire s’équilibre au sommet, et, pour accentuer encore la difficulté, Dimitr jongle avec cinq massues.

23


LA TROUPE DE TRAPÈZES VOLANTS
«HEROES»


La discipline du trapèze volant est l’une des plus spectaculaires du Cirque, et cette troupe russe, dirigée par Stanislas Bogdanov, composée de huit artistes, représentant le cirque Nikulin de Moscou, sait particulièrement lui rendre un vibrant hommage.
Le réputé metteur en scène Ruslan Ganeev, en l’intitulant les «Heroes», a souhaité honorer les courageux aviateurs du monde entier.
Les voltigeurs de cette troupe réalisent les exercices les plus difficiles, tel qu’un double saut périlleux avec double pirouette, et le fameux triple saut périlleux.
Au final, un téméraire voltigeur, propulsé par une balançoire aérienne, accomplit un vol plané de plus de dix mètres avant d’être rattrapé par un porteur.

24

LES SALY BROTHERS
BOLEADORAS

Les deux frères italiens, Joé et Karel Saly, sont les grands virtuoses de l’art argentin des «boleadoras».
Revêtus de costumes noirs argentins traditionnels nommés «chispas» et chaussés de bottes cloutées, les deux frères lancent sur le plancher leurs boleadoras, boules en plastique attachées à de longues cordes.
Le roulement des tambours, le bruit du lancer des boules sur le plancher, accompagnés par les frappes des bottes sont accomplis sur un rythme endiablé et même décoiffant, car les cordes font voler les longs cheveux des deux frères.

25

LA TROUPE ACROBATIQUE DE SHANGHAÏ
BARRES RUSSES

La troupe acrobatique de Shanghaï, dirigée par Monsieur Yu Yigang, se produit dans un bâtiment à la forme d’un immense globe très fréquenté par les touristes de passage à Shanghaï.
Ces dix remarquables acrobates réalisent des séries en cadence de doubles et triples pirouettes et sauts périlleux, dans un style toujours très élaboré.
Les passages des voltigeurs, de barres en barres, sont impressionnants.
Tenteront-ils le quadruple saut périlleux?

26

LA TROUPE DE JEUNES DE NIZHNY TAGIL
SAUTEURS A LA CORDE

Cette troupe de jeunes adolescents, garçons et filles et même enfants, est originaire de la ville de Nizhny Tagil, dans l’Oural.
Cette station de sports d’hiver est le centre d’entraînement de l’équipe de Russie de sauts à ski.
Sous la direction de leur professeur, Marina Gunina, cette troupe a reçu un Eléphant d’Or au Festival des jeunes du cirque Nikulin, en 2015.
Sur un rythme toujours très soutenu, ces jeunes artistes excellent dans la discipline du saut à la corde et même avec plusieurs cordes, réussissant des combinaisons spectaculaires et arrivent à sauter à la corde en triple pyramide.

27

DUO MARKOVS
PERCHE AERIENNE

Les deux artistes russes, Svetlana Markova et Anton Markov, formés à l’école du cirque de Krasnoturinsk, ont débuté leur carrière à Moscou, au Festival des jeunes du cirque Nikulin, où ils ont remporté un Eléphant d’Or.
Bénéficiant d’une mise en scène élaborée par Oksana Druzhinina et sur une musique composée par Denis Garnizov, ils évoluent sur leur perche avec une élégance raffinée.
Leurs performances sont à l’égal de leur grâce, avec suspensions, tourbillons, lancers et rattrapes vertigineuses.
Ils ont même eu l’audace de réaliser leur numéro sous hélicoptère en Russie, le 29 avril 2010.

28

TROUPE ACROBATIQUE DE MONGOLIE-INTERIEURE
JONGLAGE SUR MONOCYCLE

Venues de Mongolie-Intérieure, région autonome de la République Populaire de Chine, ces sept belles chinoises, revêtues de superbes costumes, juchées sur leurs monocycles géants, envoient du pied des empilements de soucoupes, judicieusement disposées, pour être reçues au sommet de leur tête.
Pour conclure, nous assistons à d’impressionnants échanges de soucoupes entre ces sept demoiselles qui défient les lois de l’équilibre et repoussent les limites de la dextérité.

29

LA TROUPE ACROBATIQUE DE SHANGHAÏ
ÉQUILIBRISTES

La troupe acrobatique de Shanghaï est l’une des plus emblématiques de Chine et a déjà obtenu des Clowns d’Or et d’Argent au Festival du cirque.
Ils participent de nouveau cette année, avec deux spectaculaires attractions, dont cette troupe de jeunes équilibristes.
Nous assisterons à un véritable ballet acrobatique, dans lequel les artistes construisent des pyramides au sommet desquelles ils réalisent des équilibres d’un seul bras, en planche et même en grand écart.
Le point d’orgue est une quadruple pyramide, dont les artistes sont tous en équilibre de mains, à chaque étage.

30

DUO MIRACLE
ÉQUILIBRISTES CONTORSIONNISTES

Ce jeune couple acrobatique sur piédestal, venu d’Ukraine, est composé de Roman Khafizov et Yevhenila Obolonina, âgés de 23 ans.
Tout est beauté, raffinement et harmonie, des mouvements avec un zeste d’érotisme pour composer ce superbe adagio acrobatique, dans lequel se combinent à la perfection, les gracieux équilibres et toute la souplesse de la contorsion.
Nous assistons à l’un des plus élégants corps à corps du cirque moderne, dont ils sont le parfait exemple.

Mes Souvenirs
du Festival International du Cirque
de Monte-Carlo

04/11/2015 09:26


Depuis 1974, j’ai eu l’honneur et le bonheur de participer, en qualité de membre du comité d’organisation, aux trente-neuf festivals aux côtés du prince Rainier III puis de S.A.S. la princesse Stéphanie, et je continue à en être le témoin privilégié.
Souvenirs, souvenirs… emprunts d’une vive émotion!
Tout commence comme un conte de fées, ce qui n’est pas un vain mot puisque le principal acteur en est le prince Rainier III.
Il était une fois un prince qui adorait le cirque, un fervent défenseur de la piste et de ses animaux, qui se faisait un devoir d’accueillir les cirques dans sa principauté, en offrant le droit de place et l’honneur de sa présence, avec son épouse la princesse Grace et ses enfants pour applaudir leurs spectacles.
Ainsi, pour la 25
ème année de son règne, dès 1974, ce prince passionné souhaita organiser une grande manifestation à la gloire du cercle enchanté. Il demanda à Jean-Louis Médecin, maire de Monaco, de l’organiser. Ce dernier, entouré de son dynamique adjoint René Croesi et de son dévoué directeur du service des fêtes et de la culture Maurice Crovetto, se fit un devoir de répondre aux souhaits de Son Altesse, avec l’aide de maître René Clerissi, René Dyker et Jean-Louis Marsan.
Le docteur Jean-Joseph Pastor, chef du service de cardiologie de l’hôpital Princesse-Grace, où j’avais été interne durant deux années, connaissant ma passion pour le cirque, me mit en relation avec Jean-Louis Médecin, afin d’apporter mon soutien.
Tout semblait se présenter sous les meilleurs auspices sauf, hélas, pour la location du chapiteau. Tous les directeurs contactés hésitaient à tenter l’aventure…
Heureusement, lors du congrès des « Amis du cirque » à Nice au printemps 1974, sous le chapiteau Bouglione, Jean-Louis Médecin sut convaincre le « patriarche » Joseph Bouglione et son fils aîné Firmin, qui étaient mes amis personnels, à participer à l’événement avec leur chapiteau et leur cavalerie. Sans cette grande famille Bouglione, le premier festival du cirque n’aurait jamais eu lieu.
Par ailleurs, avec l’aide d’Egidio Palmiri, président italien de l’Internazionale Circhi, Ferdinando Togni et son fils Enis, directeurs du Circo Americano, acceptèrent de prendre part eux aussi au premier festival avec leur magnifique cavalerie, dirigée par Bruno Togni.
Le comité d’organisation présidé par le prince Rainier III ne manquait pas d’audace et d’optimisme en engageant, avec l’aide de Franco Medini, quarante numéros venant de vingt-et-un pays différents, dont quatre numéros de fauves, répartis en quatre soirées de sélection, du jeudi au vendredi, avec une soirée de gala le lundi soir pour la distribution des prix. Chaque numéro ne se produisait qu’une seule fois en piste. Ainsi, les soirées de sélection présentaient toutes un spectacle différent.
L’emblématique clown espagnol Charlie Rivel, 78 ans, dont 74 ans de cirque, avait été spécialement engagé. Les spectacles étaient accompagnés par l’orchestre du cirque d’État de Pologne, venu du cirque Knie, dirigé par le chef Janusz Skud. Sergio, le jeune Monsieur Loyal du cirque Bouglione, démontra tout son talent en parfait présentateur des spectacles.
Le grand chapiteau blanc et rouge du cirque Bouglione, aux couleurs de la Principauté, et un petit chapiteau annexe étaient montés sur la vaste esplanade de Fontvieille, conquise sur la mer. Le jour de Noël, veille de la
Première prévue le 26 décembre, des pluies diluviennes s’abattirent sur la Principauté de Monaco et les chapiteaux furent inondés. Les valeureux sapeurs pompiers de Monaco, aidés de tout le personnel du cirque Bouglione, travaillèrent de jour et de nuit pour réparer les dégâts et dévier les eaux.
Dès le premier soir, et tous les soirs, une longue ovation salua le prince Rainier à son entrée sous le chapiteau, accompagné de la princesse Grace, du prince héréditaire Albert, de la princesse Caroline, et de la petite princesse Stéphanie.
Dans la loge d’honneur, on pouvait reconnaitre S.A.S. Marie Gabrielle de Savoie et S.A. la Bégum Aga Khan, mais aussi le danseur Maurice Béjart.
Malgré la capacité du cirque de 2600 places, on refusa du monde à chacune des représentations et le succès fut si important que le prince ordonna deux matinées supplémentaires le 31 décembre.
Le jury, présidé par le prince Rainier, était composé d’amateurs passionnés de cirque : la duchesse de Sabran-Ponteves, le peintre Lorjou, l’écrivain Guy des Cars auteur du fameux roman « La Dame du Cirque », l’acteur Jean Marais qui s’était distingué au gala de l’union des artistes, Italo Gemini promoteur de la loi sur le cirque italien, les journalistes Jacqueline Cartier présidente de l’association de la presse du music-hall et du cirque, Louis Merlin président de « La Piste », le journaliste Yves Mourousi, Lucien René Dauven président du club du cirque et moi-même en qualité de conseiller technique.
Ce jury, qui bénéficia du savoir et de toute la pertinence de son président, délibérait après chaque représentation, souvent jusqu’au milieu de la nuit… Il décerna un clown d’or à Charlie Rivel, ce merveilleux artiste, pour son entrée de « la chaise » et pour sa désopilante imitation d’une « prima donna » irascible ; il était assisté de sa fille, la gracieuse Paulina Schuman et de Sergio, faire-valoir appliqué. Ce fut sous un tonnerre d’applaudissements que Charlie Rivel reçut son trophée, en piste, des mains du prince Rainier.
Un clown d’or fut décerné également au grand dresseur de fauves Alfred Court pour honorer l’ensemble de sa brillante carrière. Son grand âge lui interdisant de se déplacer, le prince Rainier lui apporta le trophée à son domicile à Nice, le jour de son 95
ème anniversaire. Le prince lui fit la surprise d’être accompagné du dompteur Fredy Hager, directeur du zoo de Monaco, tenant en laisse un lionceau né en Principauté.
Cette année-là, le jury accorda cinq clowns d’argent.
Le premier fut décerné à Émilien Bouglione, pour son superbe carrousel équestre, Maxi et Mini, composé de six chevaux et de six poneys aux robes assorties. Les Alizés, trapézistes volants français, furent également récompensés et c’est la princesse Grace qui remit le trophée à Jacques Nicolet, le solide porteur de la troupe. Les Hongrois Richter, pour leur audacieuse voltige équestre, les Bulgares Pantakovi, spectaculaires acrobates à la balançoire, et enfin les Polonais du Trio Dymek, pour leur parfaite prestation à la barre russe, complétèrent le palmarès.
Un jury junior avait été constitué autour de la toute jeune et souriante princesse Stéphanie ; il était composé d’enfants récompensés dans un concours de dessins sur le cirque. Comme leurs aînés du grand jury, ils décernèrent leur prix au Trio Dymek. La princesse Stéphanie était déjà dans le droit sillon de son père.
Voici une anecdote qui met l’accent sur les importants moyens mis en œuvre pour engager des attractions de qualité. Les Richter, qui offraient un spectacle le vendredi en matinée au cirque de Noël des Bouglione à la porte de Versailles de Paris, embarquèrent leurs éléphants et leurs chevaux en fin d’après-midi dans deux wagons qui furent rattachés au fameux train bleu accompagnant ainsi les touristes de luxe qui descendaient sur la Côte d’Azur…
Dès sa création, d’illustres directeurs de cirque honorèrent de leur présence le grand festival : Joseph Bouglione et ses quatre fils Firmin, Émilien, Sampion et Joseph Junior, Ferdinando Togni et ses fils Enis et Bruno, Jean Richard, Mustapha Amar et Arnie Arnardo de Norvège, lui offrant ainsi une notoriété immédiate.
Tout au long de cette véritable fête du cirque mondial, le prince Rainier rayonnait d’une joie qu’il sut transmettre à toute sa famille. Le réveillon du jour de l’an se déroula sous le petit chapiteau en présence de la famille princière, de toute la famille Bouglione et du comité d’organisation ; ce fut un moment d’amitié et de convivialité inoubliable!
Réunie autour du maire de Monaco avec l’aide de la famille Bouglione et avec le soutien constant du prince Rainier, répondant ainsi à ses vœux, une petite équipe dévouée avait réussi le pari de créer le premier Festival du Cirque de Monte-Carlo, un événement planétaire qui allait devenir annuel et incontournable pour tous les passionnés.
Ainsi, au fil des années, sous la présidence effective du prince Rainier, aussi bien à la tête du comité d’organisation que du jury, le festival ne cessa d’accueillir les meilleures attractions du cercle enchanté et devint la plus grande manifestation mondiale à la gloire du cirque, à présent, les véritables Jeux olympiques du cirque moderne!
Le festival est aussi le temple de l’exploit et certains resteront gravés dans l’histoire du cirque comme le quadruple saut périlleux au trapèze volant réussi pour la première fois en Europe par le Mexicain Miguel Vasquez le dimanche 4 février 1990 lors du 15
ème festival et salué par une ovation de 10 minutes… mais également par Anna Rodion qui tourna le quadruple saut périlleux à la barre russe, sans aucune protection en 2005, lors du 29ème festival.
La vocation du festival de Monte-Carlo est d’apporter des nouveautés comme le plus stupéfiant « pas de deux » chinois du cirque moderne composé du porteur We Baohua et de la danseuse Wu Zhendan, que nous reverrons pour ce 40
ème anniversaire, selon la volonté de la princesse Stéphanie.
Le prince Rainier, ce prince bâtisseur amoureux du cirque, nous a quittés en 2005 et tout le monde du cirque était en deuil. Il avait su transmettre le témoin à sa fille, la princesse Stéphanie, riche de la même passion, qui conserva la même équipe, dont Urs Pilz, comme directeur artistique.
Cette princesse charmante du cirque sut créer l’événement en imaginant pour le 30
ème anniversaire, comme d’ailleurs pour cette 40ème édition, un best of réunissant une sélection des clowns d’or, d’argent et de bronze.
Comment ne pas être admiratif devant l’investissement et le dévouement de la princesse Stéphanie, avec le soutien inconditionnel du prince Albert II pour la réussite du festival.
Présente du matin au soir, elle assiste à chaque répétition, à chaque représentation, elle est l’âme de cette prestigieuse manifestation et elle a su transmettre sa passion du cirque à sa fille Pauline qui préside le jury du festival New Génération.
Egalement passionnée comme le prince Rainier par les animaux, elle a su franchir tous les obstacles pour sauver de la mort les éléphants Baby et Népal sur lesquels elle veille personnellement dans son domaine de Fontbonne. Quelle belle leçon d’amour pour les animaux !
Souvent copié, mais jamais égalé, le festival du cirque de Monte-Carlo démontrera une nouvelle fois avec cette éclatante 40
ème édition, qu’il est bien l’événement mondial emblématique du cirque et le grand rendez-vous annuel des directeurs, des artistes, des journalistes spécialisés et des amis du cirque venus en force de toute la planète en Principauté de Monaco pour souffler les 40 bougies.
Longue vie au Festival International du Cirque de Monte-Carlo!

Docteur Alain Frère

A la veille du 40ème Anniversaire du Festival international du Cirque de Monte-Carlo, je souhaite rendre un vibrant hommage au Prince Rainier, créateur de cet évènement mondial. J’ai eu la chance d’être a ses cotés pour imaginer le premier Festival en 1974. Que de souvenirs émus dans ma mémoire! Le Prince Rainier avait la passion du cirque et pour son 25 Anniversaire de Règne en 1973, il a souhaité organiser en Principauté une manifestation a la gloire du cirque. C’est ainsi qu’est né le Festival du Cirque de Monte-Carlo. Grâce à l’aide des frères Bouglione qui ont prêté leur chapiteau, mais aussi de la famille d’Enis Togni qui a prêté sa cavalerie.

La Princesse Stéphanie qui a héritée de son père la passion du cirque, continue avec respect et talent la grande tradition du Festival.
Longue vie au Festival International du Cirque de Monte-Carlo!

Docteur Alain Frère
Conseiller artistique du Festival du Cirque depuis 1974

Stacks Image 105412
Stacks Image 105414
Stacks Image 105416