Stacks Image 105429

Festival Du Cirque

Stacks Image 105490
Stacks Image 105557

FICHES TECHNIQUES 2019
43
e FESTIVAL INTERNATIONAL
DU CIRQUE DE MONTE-CARLO
Docteur Alain FRERE
Conseiller Artistique


01

GIA ERADZE
PRODUCTEUR ET DIRECTEUR ARTISTIQUE
DU ROYAL CIRCUS



Contrairement aux préjugés de ses parents, le géorgien Gia Eradze est venu au cirque par passion. Dès l’âge de 11 ans, tout en poursuivant ses études, il est assistant dans la troupe équestre les « Djiguites de Géorgie ».

Puis, il rejoint l’équipe nationale de gymnastique artistique de Géorgie, parfait tremplin pour devenir un artiste aérien au cirque de Tbilissi, capitale de la Géorgie.

Après avoir présenté un grand groupe d’animaux exotiques, en janvier 2001, Gia participe activement à la création du spectacle « Cinq continents », en démontrant déjà ses multiples talents de costumier, de décorateur et en choisissant les meilleures attractions.

Selon ses souhaits, son spectacle rejoint en avril 2007, la compagnie du cirque d’Etat de Russie Rosgoscirk, qui lui fait toujours confiance.

Depuis son enfance, il rêvait de dresser les fauves et il crée en 2009 son propre numéro « le monde sauvage de la jungle », composé de neuf tigres et de trois lionnes.

Sa notoriété ne cessant de s’amplifier, avec une énergie inépuisable, il devient un producteur à succès, actuellement à la tête de trois grands programmes de cirque en Russie Les spectacles « Royal Circus », « Baronets » et « Hippopotamus ».

Gia Eradze, ce grand inventeur dans le domaine des arts du cirque, a su créer son propre style incomparable, subtile mélange de luxe et de modernité, qui fait de lui, une véritable star en Russie.

SAS la Princesse Stéphanie a souhaité inviter Gia Eradze à participer au 43
e festival du cirque et n’en doutons pas, sa participation sera un véritable évènement dans le monde du cirque.

Pour répondre dignement à son invitation, Gia Eradze se déplacera à Monaco avec une délégation composée de soixante-huit personnes, en majorité des artistes et avec son grand ballet de vingt-quatre danseurs et danseuses, mais aussi avec treize chevaux, pour nous présenter ses plus grandes et luxueuses créations dont certaines inédites, avec de somptueux nouveaux costumes, spécialement créés pour ce 43
e festival du cirque de Monte-Carlo.

Que le spectacle commence !

Stacks Image 105549

02

GIA ERADZE
LE BALLET DU ROYAL CIRCUS


Dirigé par Evgeny Shvestsov, ce ballet se compose de 24 danseurs et danseuses, recrutés dans toute la Russie pour leur beauté et leur technique et qui possèdent des compétences en danse classique, moderne et folklorique, mais aussi en gymnastique artistique et acrobatique.

Cette troupe exceptionnelle, composée de quinze danseuses et neuf danseurs, bénéficie du talent des meilleurs chorégraphes, Olga Poltarak, Tatiana Skirokova et André Grigoujov et accompagne toutes les créations de Gia Eradze et ses attractions mais aussi certaines qui n’appartiennent pas à sa compagnie, comme le plus grand numéro de dressage de fauves au monde de Martin Lacey.

Les costumes luxueux de Gia Eradze renforcent encore la qualité du ballet qui jouera un rôle prépondérant dans le prélude à l’honneur du festival qui débutera chaque spectacle.

03

HOMMAGE A FABERGÉ
NOUVELLE CRÉATION DE GIA ERADZE


Gia Eradze a imaginé cette nouvelle attraction afin de la présenter pour la première fois sur la piste de Fontvieille.

C’est un hommage à la culture Russe et tout particulièrement au bijoutier Karl Fabergé, devenu célèbre pour ses fameux « œufs de Fabergé », synonyme de luxe et emblème de la richesse de la famille impériale.

Six grandes copies des célèbres œufs apparaissent sur la piste où évoluent six couples de transformistes qui changent de costumes luxueux imaginés par Gia Eradze.

04

WHITE BLOC
DU ROYAL CIRCUS DE GIA ERADZE


Ce numéro White Bloc est l’une des plus luxueuses productions tirées du spectacle Baronets de Gia Eradze.

C’est une véritable féérie en blanc qui se déroule sur la piste, avec un imposant défilé de danseuses en longues robes blanches, un surprenant cheval Pégase aux ailes immenses et l’évolution d’une acrobate aérienne, Kristina Poratova, qui flotte sous la coupole.

Puis, nous assistons à la superbe prestation d’équilibres sur cannes d’Andrey Tsaplin, sur un piano à queue entièrement recouvert de cristaux Swarovski, d’où surgi des fontaines pour la scène finale.

Le couple composé de Diliara et Marat Bikmaev, en soie blanche, évolue amoureusement sur leur tissu immaculé.

Bluffant dirons-nous….

Stacks Image 105551

05

AMOUR GYPSY
DIRIGÉ PAR YURI VOLODCHENKOV


Yuri Volodchenkov a la passion du cheval depuis son enfance, et son entente avec son cheval nommé « Légion » est exemplaire car il existe une vraie complicité entre le cavalier et la plus belle conquête de l’homme.

Depuis vingt et un ans, ce brillant tandem a enthousiasmé les spectateurs d’Asie et d’Europe, dont ceux du spectacle « Baronets » de Gia Eradze.

Accompagné par la superbe danseuse gitane Avelina Kvasova, Yuri conduit son cheval sans les mains, pour l’entrainer dans une danse de passion et de volupté.

Yuri Volodchenkov est l’un des rares cavaliers qui danse à la corde avec sa monture et qui lui fait réussir la fameuse capriole.

Stacks Image 105553

06

LES FEMMES DJIGUITES DU « ROYAL CIRCUS »
GIA ERADZE



Cette troupe de djiguites dirigée par Ruslam Gazzaev a la particularité d’être composée uniquement de femmes qui peuvent rivaliser avec les meilleurs cavaliers du monde.

Au grand galop au son d’une musique traditionnelle Russe, ces huit cavalières réalisent toute la gamme des figures les plus périlleuses sur leur monture, avec chandelles, planches, rotations autour de l’encolure, ramassé de mouchoir, trainade et même l’audacieux passage sous le ventre du cheval.

Pour le final, deux cavalières, debout sur la selle, feront flotter autour de la piste, les drapeaux de Monaco et de la Russie.

07

LA TROUPE FILINOV DOUBLE BALANCOIRE RUSSE
ROYAL CIRCUS DE GIA ERADZE



La troupe dirigée par Miklael Filinov se compose de sept voltigeurs et d’une intrépide voltigeuse Ekaterina Medvedeva.

Les deux balançoires se font face et les voltigeurs sont projetés de l’une à l’autre. Les réceptions sur les balançoires sont très difficiles et périlleuses.

Grand moment d’émotion, lorsque les voltigeurs prennent tous les risques pour tourner un double salto avec pirouette, et un triple salto en se croisant dans l’espace.

Pour renforcer encore le suspens, les voltigeurs propulsés dans l’espace par les balançoires, réalisent une série de saltos avec réception sur d’épais matelas.

Il semble difficile de faire mieux…

08

DUO ACROBATIQUE
SUR HOVERBOARD (SEGWAY)



La jeune artiste Nazerke Merekekyzy, originaire du Kazakhstan, a inventé une nouvelle discipline du cirque en réalisant des audacieux équilibres sur ce nouveau moyen de locomotion : l’hoverboard.

Nazerke se tient debout sur son appareil qui roule sur la piste, avec sa partenaire Yoka Konyrbaeva en équilibre des deux mains sur son crâne, puis en équilibre de tête à tête.

Ensuite, Yoka réalise un étonnant équilibre d’un seul pied au sommet de la tête de Nazerke.

L’exercice le plus spectaculaire est réalisé par Yoka, qui en équilibre sur la tête de Nazerke, jongle avec un ballon sur son front, comme un footballeur de talent.

Il a fallu un an de répétition, à raison de 4 heures par jour, pour réaliser toutes ces prouesses et les présenter pour la première fois au monde.

09

QUATUOR PRILEPIN
ACROBATES VOLTIGEURS



Rodion Prilepin, gymnaste Russe de très haut niveau, champion d’Europe junior d’acrogym avec ses partenaires Artem Degterev et Ruslan Makhmudov, ont fait appel à Nikita Kocherov pour composer un quatuor en hommage aux Beatles, intitulé « Yesterday », avec leur coupe de cheveux et leurs costumes en col de velours qui évoque parfaitement ces quatre musiciens de génie.

Représentant le grand cirque Bolshoi de Moscou, cher aux frères Edgard et Askold Zapashny, nos quatre artistes présentent sur piédestal, une succession de prouesses acrobatiques, avec des équilibres montés en force en deuxième et en troisième hauteur.

Au final, Rodion et ses trois complices réalisent un triple saut périlleux lancé en banquine et rattrapé au sol.

Une nouvelle fois, la cohérence artistique se conjugue parfaitement à la nouveauté de la chorégraphie.

Stacks Image 105555

10

DUO JUST TWO MEN
SANGLES AERIENNES


Ces deux ukrainiens, Artem Lyubanevych et Oleg Shakirov, ont été sélectionnés par SAS la Princesse Stéphanie lors du festival des arts du cirque de la jeunesse de Moscou, au cirque Nikulin.

Ce duo se compose de deux magnifiques athlètes qui présentent un superbe travail aux sangles aériennes et surtout très original avec de difficiles équilibres qui rappellent les numéros de main à main, dont un équilibre d’une main sur la tête du porteur en grand écart sur les sangles aériennes.

11

LES ELEPHANTS
DE LA FAMILLE DE JOY GÄRTNER



Dans le monde des dresseurs d’éléphants en Europe, le nom de Gärtner et connu et apprécié. La famille de Joy Gärtner a été récompensée par un clown de bronze au 39e festival, dans la suite de son père Joseph qui y avait participé à deux reprises avec sa famille.

Joy présente quatre imposantes femelles asiatiques : Belinda 54 ans, Sabine 51 ans, Baby 49 ans et Pira 48 ans.

Pour ce 43
e festival, Joy a imaginé deux présentations différentes auxquelles participent ses enfants : Joseph Junior, Jacky, Maverik et Francy.

Joy Gärtner a la spécialité de faire réaliser d’imposantes pyramides à ses pachydermes. Mais, ce sont les enfants qui sont les vedettes en réalisant de multiples sauts périlleux projetés à la bascule pour se recevoir sur le dos d’un éléphant.

Toute la famille vit en permanence avec ses protégés et cet investissement permet au Gärtner de comprendre le comportement des éléphants qu’ils respectent et qu’ils aiment.

La plus belle manière de démontrer aux animalistes qui critiquent la présence des animaux au cirque qu’ils se trompent.

12

CESAR DIAS
COMIQUE



Cesar Dias fait partie de la quatrième génération d’une talentueuse famille d’artistes portugais.

Dès l’âge de 6 ans, il commence sa carrière au cirque et a déjà la passion de la comédie.

Il réalise d’abord un début de carrière d’acrobate sur Rola-Rola. Puis, c’est à 19 ans qu’il se consacre à sa grande passion, l’art de la comédie, tout en voulant rompre avec l’image classique du clown traditionnel.

Il crée alors le rôle d’un séducteur élégant qui surprend le public pour ses maladresses et par ses situations les plus cocasses comme crooner en chantant « my way » et jouant de l’harmonica et de la scie musicale.

13

FIPS & BEAU
ENTRÉE CLOWNESQUE



Fips, de son vrai nom Jan Erik Brenner, appartient à une famille de cirque Anglaise et plus particulièrement originaire de Birmingham, où il a débuté à 7 ans sa carrière dans le sillon de son père Karl, connu son le nom de Charlie.

C’est un clown attrayant, très dynamique, qui a un excellent contact avec le public et qui bénéficie du talent de son compère Denning Beau.

Ce duo du rire nous propose la classique et spectaculaire entrée de l’eau avec une succession de gags désopilants.

14

UN GROUPE D’ÂNES
PRESENTÉ PAR MARCEL KRAMER



Marcel Kramer a la passion du dressage depuis son enfance et a présenté, dès l’âge de 14 ans, les éléphants asiatiques de son grand-père Peggy et Marty, avant de dresser un groupe de zèbres réputés très difficilement obéissants.

« Têtu comme un âne » dit-on, ce n’est pas le cas pour le groupe dressé et présenté par Marcel Kramer, qui reproduit sur la piste les figures habituelles des chevaux et valse sur la piste…

Marcel Kramer, vêtu en cowboy, fait tourner ses lassos en équilibres sur le dos de son Mustang Shadong.

15

UN GROUPE DE BISONS
PRESENTÉ PAR MARCEL KRAMER



Marcel Kramer est l’un des dresseurs les plus réputés d’Allemagne et il est l’un des rares à présenter des bisons américains.

Ces cinq bisons « Tonto », « Blackhawk », « Nightwulf », « Firebird » « Tatanka », mastodontes de huit cents kilos, travaillent en liberté sur la piste, comme des chevaux, et montent sur leur tabouret, tandis que le superbe cheval mustang « Shadong » tourne autour d’eux…

Stacks Image 105559

16

3 J
JUGGLING



Ces trois ukrainiens, Vlad Gapanovich, Maxim Golovchenko, et Evgeniy Pahalovich, sont diplômés d’une des plus fameuses écoles de cirque, l’école de Kiev, et ont aussi bénéficié des talents de Taras Pozdnyakov, directeur du studio Rawarts, école supérieure de chorégraphie.

Ils ont reçu un Junior d’Argent au 6
e festival New Génération en 2017 ainsi que le Prix pour une participation à un prochain festival. C’est ainsi qu’ils font partis de cette 43e édition.

Ils commencent à jongler avec dix massues qu’ils se lancent et rattrapent dans des mouvements très synchrones et même en se tenant sur les épaules.

Jonglant chacun avec cinq massues, ils se lancent alors les massues de l’un à l’autre dans une harmonie absolue, véritable performance dans l’art du jonglage.

17

WITHOUT SOCKS
TRIO CLOWNESQUE



Ce Trio est composé de trois amis, Artem Babilov, Maxim Karpov, et Konstantin Kopeikiw, qui sont diplômés de l’institut de théâtre d’Etat de la ville d’Ekaterinbourg.

C’est Maxim Karpov qui a convaincu ses deux amis de constituer, en mars 2014, un trio clownesque et ils ont bénéficié des précieux conseils de l’artiste émérite de Russie, le Clown Mak, André Leonidovich Sharnin.

Ils font partie du cirque d’Etat de Russie, Rosgoscirk.

Ils ont chacun une silhouette très personnalisée, et, tout en étant des clowns traditionnels, ils ont su sortir des sentiers battus, pour déclencher le rire dans leurs nombreuses reprises « Camera », « Rock », « Mosquetos » et bien d’autres qui les ont rendus célèbres en Russie et dans plusieurs pays d’Europe.

18

CHARLOTTE ET NICOLAS
MAIN A MAIN



Nicolas Jelmoni, âgé de 27 ans, est né et a grandi à Monaco en pratiquant la gymnastique et le plongeon.

Passionné de cirque, il intègre le San Fransisco Circus Center pour deux ans avant d’emménager à Montréal pour poursuivre sa formation à l’école nationale du cirque et obtient son diplôme en 2014.

C’est à cette école, que Nicolas rencontre la canadienne Charlotte O’Sullivan, pour élaborer leur numéro de main à main.

En 2016, ils sont sélectionnés pour participer au festival New Génération et sont récompensés par un Junior d’Argent par le jury présidé par Pauline, et, SAS la Princesse Stéphanie les engage pour participer au 43
e festival.

Leur numéro combine harmonieusement le main à main et la danse acrobatique.

La technique parfaite de ces deux jeunes artistes est mise en valeur par une chorégraphie très élaborée.

19

ARTEM LYUBANEVYCH
MÂT CHINOIS AERIEN


Nous retrouvons cet excellent artiste ukrainien, Artem Lyubanevych, membre du duo « Just Two Men » en solitaire, pour nous présenter son numéro original au mât chinois.

Artem commence ses équilibres sur le mât tournant sur la piste, qui s’élève ensuite sous la coupole pour composer un ensemble de périlleux exercices qui exigent une force de bras très exceptionnelle, dans lesquels il faut admirer le style pur et gracieux

20

THE OWL AND THE PUSSYCAT
DUO AU TRAPEZE


Paul Tracogna et Adrienne Jack-Sands se sont rencontrés à Seattle au Emerald City Trapeze Arts en 2012.

Adrienne est née à Seattle aux Etats-Unis en 1984 et a étudié le ballet classique à l’American Ballet Theatre et a commencé sa carrière de danseuse et soliste.

Originaire d’Australie, Paul est né en 1983 et a accompli sa formation de trapéziste sous la direction du grand artiste Rodleigh Stevens en 2007. Faisant partie des Flying Bull Dancers en 2008, il aura été le premier trapéziste australien à travailler au Cirque d’Hiver Bouglione, bâtiment historique qui a vu naître avec Léotard, le trapèze volant en décembre 1859.

Paul et Adrienne ont créé leur ensemble « The Owl and the Pussycat » en 2017 pour le 16
e festival international des arts du cirque au cirque Nikulin de Moscou, et ont été primés par un Eléphant d’Argent devant SAS la Princesse Stéphanie qui les a engagés à participer au 43e festival de Monte-Carlo.

Leur prestation aérienne est un véritable adagio au trapèze dans lequel leur passion s’exprime dans chaque mouvement pour dégager une profonde émotion.

21

LES DEUX FRERES DIAS
ICARIENS



Ces deux jeunes artistes, les frères Ruben 19 ans et Flavio-Ivan 16 ans, sont les fils d’Angelo Dias et d’Ana Isabel Machado, très ancienne famille de cirque portugaise, qui possède son propre cirque, le cirque Dias au Portugal.

Les frères Ruben et Flavio-Ivan ont été récompensés par un Junior d’Or à la 3
e édition du festival New Génération dont le jury est présidé par Pauline. Ce festival devient, au fil des années, l’un des plus brillants festivals dédiés aux jeunes artistes dans le monde, par la qualité des candidats et les frères Dias en sont un exemple frappant.

Ruben allongé sur sa trinka, propulse et rattrape son frère Flavio-Ivan par les pieds. Ils effectuent les exercices les plus compliqués dans cette très difficile spécialité, dont un triple saut périlleux.

22

XING YUNWEI
ACROBATIES SUR CANNES FLEXIBLES
TROUPE NATIONALE DE CHINE



Cette discipline a été créée il y a une trentaine d’années, par le cubain Rokaky, puis abandonnée et reprise récemment par les artistes chinois.

L’acrobate Xing Yunwei placé sur un piédestal tournant, empile littéralement, les unes dans les autres, une succession de cannes flexibles, lancées par un partenaire, pour construire deux colonnes verticales en parallèle, qui sont séparées d’une courte distance.

Xing Yunwei monte régulièrement des équilibres au fil de la construction pour terminer par un grand écart et un équilibre vertigineux des deux mains au sommet.

Le danger est encore plus accentué par le balancement impressionnant de l’artiste à environ huit mètres de hauteur.

23

EQUILIBRE SUR TRIPLE MÂTS
TROUPE ACROBATIQUE NATIONALE DE CHINE


Ce sont les acrobates chinois qui ont inventé cette discipline.

L’une des plus prestigieuses troupes acrobatiques, la troupe nationale de Pékin, qui a déjà été récompensée plusieurs fois par des clowns d’or, a su lui donner une nouvelle dimension en utilisant plusieurs mâts oscillants.

L’effet est tout particulièrement spectaculaire, en utilisant trois mâts placés en équerre et en mouvement, sur lesquels les artistes se déplacent avec une agilité déconcertante et réalisent un véritable récital acrobatique de toute beauté.

Stacks Image 105547

24

TROUPE ALIEV
TRAPEZES VOLANTS AVEC BARRES RUSSES



Intitulée « Dante » en hommage à l’auteur de la célèbre divine comédie, nous découvrons une véritable symphonie aérienne en quatre « mouvements » dirigée par le génial maestro russe Alexandre Grimaïlo, commandée par Maxim Nikulin, pour être présentée tout spécialement à ce 43e festival par la troupe dirigée par Alisher Aliev, d’origine du Kazakhstan.

Catarina Aliev, l’épouse du chef de troupe, insérée dans un anneau ascensionnel, monte et descend le matériel des artistes pour réaliser le premier mouvement qui consiste à présenter à six mètres de hauteur, un numéro de barres russes, dans lequel la courageuse voltigeuse Julia Tipaeva, tourne un double saut périlleux.

Le deuxième mouvement est un remarquable travail à la banquine sur filet.

Le troisième mouvement, est un numéro de voltige aérienne avec deux porteurs se faisant face, pour lancer et rattraper les artistes.

Le quatrième mouvement, est le plus spectaculaire, mais aussi le plus périlleux, car, il s’agit d’un numéro de trapèze volant à longue distance.

Pour conclure spectaculairement cet hommage à Dante Alighieri, l’un des voltigeurs, Farik Sadykov, une cagoule sur la tête, accomplit un vol aérien : propulsé par une balançoire, il réalise un vol plané d’environ 12 mètres, rattrapé par un solide porteur...

25

GRAND GROUPE DE FAUVES
DRESSE PAR MARTIN LACEY JUNIOR



Martin Lacey est considéré par tous les professionnels, comme le plus grand dresseur de fauves du monde et a été récompensé par un Clown d’Or au 34e festival.

Il revient afin de participer au 43
e festival avec un groupe de 26 fauves, encore jamais réunis dans une cage, composé de : 6 lions blancs, 5 lionnes blanches, 3 lions, 10 lionnes, 1 tigre blanc nommé Zhomart et 1 tigresse golden nommée India. Tous ces fauves sont nés au grand cirque Krone en Allemagne et ont été élevés au biberon par Martin.

Il dit avoir composé ce groupe comme un opéra, avec ouverture puis l’entrée des chœurs par les figures d’ensemble, ensuite les solistes et le final avec son lion blanc favori Baluga. Pendant 20 minutes, Martin Lacey ne cesse de présenter des figures différentes avec ses élèves et son dressage est très dangereux du fait de la proximité des fauves entre eux. Le moment du dressage le plus difficile mais aussi le plus spectaculaire, est l’instant où, Martin met ses 22 fauves debout… Prouesse encore jamais présentée et qui restera gravée dans le grand livre de l’histoire du cirque traditionnel, et qui est toujours un moment d’émotion pour les passionnés du cirque.

Martin Lacey présentera également un deuxième numéro avec un groupe plus restreint, dressé tout en douceur, avec une profonde complicité entre le dresseur et ses fauves. Ces deux groupes bénéficient également en prélude, du talent du grand ballet de Gia Eradze.

Stacks Image 105545

26

ALAN SULC
JONGLEUR



Alan avait seulement 14 ans lorsqu’il participa au 28e festival du cirque de Monte-Carolo.

Formé dès l’âge de 5 ans par son père ancien artiste aérien, ce jeune Tchèque est un enfant prodige du jonglage et conquit le jury du festival en obtenant un clown de bronze remis par le Prince Albert.

Alan Sulc est devenu au fil des ans, l’un des meilleurs jongleurs contemporains. Virevoltant sur son piédestal il projette avec une incroyable dextérité et un jeu de pieds exceptionnel, de multiples balles en cadence, sur le plancher de son appareil.

Alan détient le record du monde du jonglage avec 12 balles.

(Photos de Jean Beger)

Stacks Image 105563

"Mon ami Urs PILZ, Directeur Artistique du Festival"

Dr Alain Frère

Mes Souvenirs
du Festival International du Cirque
de Monte-Carlo

04/11/2015 09:26


Depuis 1974, j’ai eu l’honneur et le bonheur de participer, en qualité de membre du comité d’organisation, aux trente-neuf festivals aux côtés du prince Rainier III puis de S.A.S. la princesse Stéphanie, et je continue à en être le témoin privilégié.
Souvenirs, souvenirs… emprunts d’une vive émotion!
Tout commence comme un conte de fées, ce qui n’est pas un vain mot puisque le principal acteur en est le prince Rainier III.
Il était une fois un prince qui adorait le cirque, un fervent défenseur de la piste et de ses animaux, qui se faisait un devoir d’accueillir les cirques dans sa principauté, en offrant le droit de place et l’honneur de sa présence, avec son épouse la princesse Grace et ses enfants pour applaudir leurs spectacles.
Ainsi, pour la 25
ème année de son règne, dès 1974, ce prince passionné souhaita organiser une grande manifestation à la gloire du cercle enchanté. Il demanda à Jean-Louis Médecin, maire de Monaco, de l’organiser. Ce dernier, entouré de son dynamique adjoint René Croesi et de son dévoué directeur du service des fêtes et de la culture Maurice Crovetto, se fit un devoir de répondre aux souhaits de Son Altesse, avec l’aide de maître René Clerissi, René Dyker et Jean-Louis Marsan.
Le docteur Jean-Joseph Pastor, chef du service de cardiologie de l’hôpital Princesse-Grace, où j’avais été interne durant deux années, connaissant ma passion pour le cirque, me mit en relation avec Jean-Louis Médecin, afin d’apporter mon soutien.
Tout semblait se présenter sous les meilleurs auspices sauf, hélas, pour la location du chapiteau. Tous les directeurs contactés hésitaient à tenter l’aventure…
Heureusement, lors du congrès des « Amis du cirque » à Nice au printemps 1974, sous le chapiteau Bouglione, Jean-Louis Médecin sut convaincre le « patriarche » Joseph Bouglione et son fils aîné Firmin, qui étaient mes amis personnels, à participer à l’événement avec leur chapiteau et leur cavalerie. Sans cette grande famille Bouglione, le premier festival du cirque n’aurait jamais eu lieu.
Par ailleurs, avec l’aide d’Egidio Palmiri, président italien de l’Internazionale Circhi, Ferdinando Togni et son fils Enis, directeurs du Circo Americano, acceptèrent de prendre part eux aussi au premier festival avec leur magnifique cavalerie, dirigée par Bruno Togni.
Le comité d’organisation présidé par le prince Rainier III ne manquait pas d’audace et d’optimisme en engageant, avec l’aide de Franco Medini, quarante numéros venant de vingt-et-un pays différents, dont quatre numéros de fauves, répartis en quatre soirées de sélection, du jeudi au vendredi, avec une soirée de gala le lundi soir pour la distribution des prix. Chaque numéro ne se produisait qu’une seule fois en piste. Ainsi, les soirées de sélection présentaient toutes un spectacle différent.
L’emblématique clown espagnol Charlie Rivel, 78 ans, dont 74 ans de cirque, avait été spécialement engagé. Les spectacles étaient accompagnés par l’orchestre du cirque d’État de Pologne, venu du cirque Knie, dirigé par le chef Janusz Skud. Sergio, le jeune Monsieur Loyal du cirque Bouglione, démontra tout son talent en parfait présentateur des spectacles.
Le grand chapiteau blanc et rouge du cirque Bouglione, aux couleurs de la Principauté, et un petit chapiteau annexe étaient montés sur la vaste esplanade de Fontvieille, conquise sur la mer. Le jour de Noël, veille de la
Première prévue le 26 décembre, des pluies diluviennes s’abattirent sur la Principauté de Monaco et les chapiteaux furent inondés. Les valeureux sapeurs pompiers de Monaco, aidés de tout le personnel du cirque Bouglione, travaillèrent de jour et de nuit pour réparer les dégâts et dévier les eaux.
Dès le premier soir, et tous les soirs, une longue ovation salua le prince Rainier à son entrée sous le chapiteau, accompagné de la princesse Grace, du prince héréditaire Albert, de la princesse Caroline, et de la petite princesse Stéphanie.
Dans la loge d’honneur, on pouvait reconnaitre S.A.S. Marie Gabrielle de Savoie et S.A. la Bégum Aga Khan, mais aussi le danseur Maurice Béjart.
Malgré la capacité du cirque de 2600 places, on refusa du monde à chacune des représentations et le succès fut si important que le prince ordonna deux matinées supplémentaires le 31 décembre.
Le jury, présidé par le prince Rainier, était composé d’amateurs passionnés de cirque : la duchesse de Sabran-Ponteves, le peintre Lorjou, l’écrivain Guy des Cars auteur du fameux roman « La Dame du Cirque », l’acteur Jean Marais qui s’était distingué au gala de l’union des artistes, Italo Gemini promoteur de la loi sur le cirque italien, les journalistes Jacqueline Cartier présidente de l’association de la presse du music-hall et du cirque, Louis Merlin président de « La Piste », le journaliste Yves Mourousi, Lucien René Dauven président du club du cirque et moi-même en qualité de conseiller technique.
Ce jury, qui bénéficia du savoir et de toute la pertinence de son président, délibérait après chaque représentation, souvent jusqu’au milieu de la nuit… Il décerna un clown d’or à Charlie Rivel, ce merveilleux artiste, pour son entrée de « la chaise » et pour sa désopilante imitation d’une « prima donna » irascible ; il était assisté de sa fille, la gracieuse Paulina Schuman et de Sergio, faire-valoir appliqué. Ce fut sous un tonnerre d’applaudissements que Charlie Rivel reçut son trophée, en piste, des mains du prince Rainier.
Un clown d’or fut décerné également au grand dresseur de fauves Alfred Court pour honorer l’ensemble de sa brillante carrière. Son grand âge lui interdisant de se déplacer, le prince Rainier lui apporta le trophée à son domicile à Nice, le jour de son 95
ème anniversaire. Le prince lui fit la surprise d’être accompagné du dompteur Fredy Hager, directeur du zoo de Monaco, tenant en laisse un lionceau né en Principauté.
Cette année-là, le jury accorda cinq clowns d’argent.
Le premier fut décerné à Émilien Bouglione, pour son superbe carrousel équestre, Maxi et Mini, composé de six chevaux et de six poneys aux robes assorties. Les Alizés, trapézistes volants français, furent également récompensés et c’est la princesse Grace qui remit le trophée à Jacques Nicolet, le solide porteur de la troupe. Les Hongrois Richter, pour leur audacieuse voltige équestre, les Bulgares Pantakovi, spectaculaires acrobates à la balançoire, et enfin les Polonais du Trio Dymek, pour leur parfaite prestation à la barre russe, complétèrent le palmarès.
Un jury junior avait été constitué autour de la toute jeune et souriante princesse Stéphanie ; il était composé d’enfants récompensés dans un concours de dessins sur le cirque. Comme leurs aînés du grand jury, ils décernèrent leur prix au Trio Dymek. La princesse Stéphanie était déjà dans le droit sillon de son père.
Voici une anecdote qui met l’accent sur les importants moyens mis en œuvre pour engager des attractions de qualité. Les Richter, qui offraient un spectacle le vendredi en matinée au cirque de Noël des Bouglione à la porte de Versailles de Paris, embarquèrent leurs éléphants et leurs chevaux en fin d’après-midi dans deux wagons qui furent rattachés au fameux train bleu accompagnant ainsi les touristes de luxe qui descendaient sur la Côte d’Azur…
Dès sa création, d’illustres directeurs de cirque honorèrent de leur présence le grand festival : Joseph Bouglione et ses quatre fils Firmin, Émilien, Sampion et Joseph Junior, Ferdinando Togni et ses fils Enis et Bruno, Jean Richard, Mustapha Amar et Arnie Arnardo de Norvège, lui offrant ainsi une notoriété immédiate.
Tout au long de cette véritable fête du cirque mondial, le prince Rainier rayonnait d’une joie qu’il sut transmettre à toute sa famille. Le réveillon du jour de l’an se déroula sous le petit chapiteau en présence de la famille princière, de toute la famille Bouglione et du comité d’organisation ; ce fut un moment d’amitié et de convivialité inoubliable!
Réunie autour du maire de Monaco avec l’aide de la famille Bouglione et avec le soutien constant du prince Rainier, répondant ainsi à ses vœux, une petite équipe dévouée avait réussi le pari de créer le premier Festival du Cirque de Monte-Carlo, un événement planétaire qui allait devenir annuel et incontournable pour tous les passionnés.
Ainsi, au fil des années, sous la présidence effective du prince Rainier, aussi bien à la tête du comité d’organisation que du jury, le festival ne cessa d’accueillir les meilleures attractions du cercle enchanté et devint la plus grande manifestation mondiale à la gloire du cirque, à présent, les véritables Jeux olympiques du cirque moderne!
Le festival est aussi le temple de l’exploit et certains resteront gravés dans l’histoire du cirque comme le quadruple saut périlleux au trapèze volant réussi pour la première fois en Europe par le Mexicain Miguel Vasquez le dimanche 4 février 1990 lors du 15
ème festival et salué par une ovation de 10 minutes… mais également par Anna Rodion qui tourna le quadruple saut périlleux à la barre russe, sans aucune protection en 2005, lors du 29ème festival.
La vocation du festival de Monte-Carlo est d’apporter des nouveautés comme le plus stupéfiant « pas de deux » chinois du cirque moderne composé du porteur We Baohua et de la danseuse Wu Zhendan, que nous reverrons pour ce 40
ème anniversaire, selon la volonté de la princesse Stéphanie.
Le prince Rainier, ce prince bâtisseur amoureux du cirque, nous a quittés en 2005 et tout le monde du cirque était en deuil. Il avait su transmettre le témoin à sa fille, la princesse Stéphanie, riche de la même passion, qui conserva la même équipe, dont Urs Pilz, comme directeur artistique.
Cette princesse charmante du cirque sut créer l’événement en imaginant pour le 30
ème anniversaire, comme d’ailleurs pour cette 40ème édition, un best of réunissant une sélection des clowns d’or, d’argent et de bronze.
Comment ne pas être admiratif devant l’investissement et le dévouement de la princesse Stéphanie, avec le soutien inconditionnel du prince Albert II pour la réussite du festival.
Présente du matin au soir, elle assiste à chaque répétition, à chaque représentation, elle est l’âme de cette prestigieuse manifestation et elle a su transmettre sa passion du cirque à sa fille Pauline qui préside le jury du festival New Génération.
Egalement passionnée comme le prince Rainier par les animaux, elle a su franchir tous les obstacles pour sauver de la mort les éléphants Baby et Népal sur lesquels elle veille personnellement dans son domaine de Fontbonne. Quelle belle leçon d’amour pour les animaux !
Souvent copié, mais jamais égalé, le festival du cirque de Monte-Carlo démontrera une nouvelle fois avec cette éclatante 40
ème édition, qu’il est bien l’événement mondial emblématique du cirque et le grand rendez-vous annuel des directeurs, des artistes, des journalistes spécialisés et des amis du cirque venus en force de toute la planète en Principauté de Monaco pour souffler les 40 bougies.
Longue vie au Festival International du Cirque de Monte-Carlo!

Docteur Alain Frère

A la veille du 40ème Anniversaire du Festival international du Cirque de Monte-Carlo, je souhaite rendre un vibrant hommage au Prince Rainier, créateur de cet évènement mondial. J’ai eu la chance d’être a ses cotés pour imaginer le premier Festival en 1974. Que de souvenirs émus dans ma mémoire! Le Prince Rainier avait la passion du cirque et pour son 25 Anniversaire de Règne en 1973, il a souhaité organiser en Principauté une manifestation a la gloire du cirque. C’est ainsi qu’est né le Festival du Cirque de Monte-Carlo. Grâce à l’aide des frères Bouglione qui ont prêté leur chapiteau, mais aussi de la famille d’Enis Togni qui a prêté sa cavalerie.

La Princesse Stéphanie qui a héritée de son père la passion du cirque, continue avec respect et talent la grande tradition du Festival.
Longue vie au Festival International du Cirque de Monte-Carlo!

Docteur Alain Frère
Conseiller artistique du Festival du Cirque depuis 1974

Stacks Image 105412
Stacks Image 105414
Stacks Image 105416

N'hesitez pas à mettre un petit like!

Ou partager cette page web!